À l’occasion du congrès des céréaliers organisé par l’AGPB (1) le 1er juin 2021 sur le thème de la compétitivité des céréales pour la transition agroécologique et énergétique, son président Éric Thirouin a rappelé l’engagement de l’association sur des sujets majeurs, tels que la certification environnementale, le label bas carbone et la biodiversité. « Nous sommes prêts à relever plusieurs défis, notamment sur le climat, les aléas et la demande sociétale », a-t-il lancé en concluant le rassemblement.

 

À lire aussi : L’AGPB estime que le marché du carbone créera de la valeur (31/05/2021)

Renforcer les solutions créatrices de valeurs

Grâce à l’étude prospective Culturibles (voir l’encadré ci-dessous), nous voyons que des scénarios permettant de produire plus et mieux sont réalisables pour les grandes cultures, à l’horizon de 2030, a-t-il poursuivi. Mais pour cela, nous avons besoin d’être accompagnés. »

 

Un appel auquel a répondu Julien Denormandie, présent pour la clôture de ce congrès :

« L’accompagnement de l’État n’étant jamais pris en charge à 100 %, la consolidation du revenu est nécessaire pour investir, ce qui revient à la question de compétitivité », a ainsi souligné le ministre de l’Agriculture.

 

« Il nous faut maintenir la compétitivité des coûts et gagner en compétitivité hors coûts, qui doit être source de création de valeurs », a ajouté Julien Denormandie. Le ministre a salué l’engagement de l’AGPB sur la certification environnementale HVE, tout en mettant en évidence le manque actuel de rémunération pour les agriculteurs.

L’AGPB troublée par certaines volontés de l’Europe

Éric Thirouin a également salué l’action du ministre de l’Agriculture sur les négociations en cours pour la Pac et le plan stratégique national. « Nous pensons aujourd’hui avoir été entendus sur nos difficultés mais les négociations ne sont pas terminées, notamment sur la question des écorégimes », a-t-il indiqué.

 

Un autre point évoqué par le président de l’AGPB est le pacte vert de la Commission européenne, qui propose, entre autres, la mise en place de surfaces non productives, autrement dit des jachères, dans des proportions conséquentes. « Ces mesures BCAE (2) mises sur la table sont sources de décroissance et génèrent du trouble pour nous », déplore Éric Thirouin.

 

À lire aussi : La réforme de la Pac divise les organisations professionnelles (28/05/2021)

 

(1) Association générale des producteurs de blé

(2) Bonnes conditions agricoles et environnementales