C’est aux alentours de 16 h, le samedi 4 juin 2022, qu’un orage de grêle s’est abattu sur l’exploitation de Dominique Poyau, agriculteur à Prunais-en-Yvelines. Quatre jours après la catastrophe, l’agriculteur est « toujours un peu sous le choc ». L’agriculteur des Yvelines, surpris par l’intensité et la durée de l’épisode orageux, a vu la très grande majorité de ses cultures détruites.

Des pertes importantes

« C’était l’apocalypse ! Nous avons eu 20 minutes de grêle très soutenue, raconte Dominique Poyau. J’ai déjà connu des épisodes de grêle mais jamais d’une telle force, d’une telle intensité et d’une durée aussi longue. »

 

Si l’orage n’a touché que les champs le long de la RN 10 entre Ablis et Sonchamp, dans les Yvelines, les parcelles touchées n’ont pas été épargnées. Cultivant avec son épouse du blé, de l’orge, du colza et de pois de printemps sur 110 ha, Dominique Poyau a pu faire une première estimation des dégâts : « Entre 80 et 100 % de mes cultures ont été touchées. »

 

 

Les parcelles touchées par l’orage n’ont pas été épargnées. © D. Poyau
Les parcelles touchées par l’orage n’ont pas été épargnées. © D. Poyau

 

L’agriculteur a ainsi été surpris par l’intensité et la durée de l’épisode orageux, précisant que les grêlons n’étaient pas très gros mais nombreux et en forme de « silex ». « Du jamais vu ! Les plantes ont été découpées, le colza haché, avec des grêlons tranchants qui ressemblaient un peu à des diamants. »

Plus d’accès à la ferme

En plus des dégâts sur les cultures, les services départementaux ont dû passer le chasse-neige sur la RN 10 qui traverse les parcelles de l’agriculteur. Ayant également une activité de gîte sur l’exploitation, Dominique Poyau explique que « toutes les voitures des clients du gîte ont été martelées ».

 

« Je n’avais plus d’accès à la ferme car pour y accéder il faut passer par la RN 10 », poursuit-il. En effet, pour accéder à son exploitation il doit emprunter un pont qui est actuellement inondé et donc impraticable.

 

 

Le pont reliant la RN 10 à l’exploitation de Dominique Poyau est impraticable. © Dominique Poyau
Le pont reliant la RN 10 à l’exploitation de Dominique Poyau est impraticable. © Dominique Poyau

 

Avec les services départementaux, l’agriculteur raconte qu’ils ont dû se frayer un accès afin qu’il puisse accéder à son exploitation ainsi que les clients de son gîte. « Découper le grillage d’une voie express est assez rare », souligne-t-il.

 

Une réunion pour recenser les dégâts et trouver des solutions

En plus de sa ferme, environ 28 exploitations situées dans les Yvelines ont été touchées par la grêle. Pour l’agriculteur, « il faut maintenant trouver des solutions pour avancer ». Ainsi, les agriculteurs concernés ont organisé une réunion avec la chambre d’agriculture, la présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse et la MSA.

 

Celle-ci doit se tenir ce mercredi 8 juin, au soir, et doit permettre de trouver des solutions techniques et financières afin de compenser les pertes recensées, notamment en ce qui concerne les productions contractualisées.