« Tout cela est délibéré », a-t-il expliqué le 6 juin 2022 lors d’une conférence virtuelle sur l’insécurité alimentaire, accusant le président russe Vladimir Poutine de faire du « chantage » pour obtenir une levée des sanctions internationales contre l’invasion de l’Ukraine.

 

À lire aussi : Des négociations visent à libérer les céréales de la mer Noire (03/06/2022)

« Blocus naval en mer Noire »

Antony Blinken a estimé que Moscou avait en outre commencé à garder ses propres exportations de nourriture, après avoir imposé un « blocus naval en mer Noire qui empêche les récoltes ukrainiennes d’être acheminées » à travers le monde.

 

Le New York Times a rapporté que Washington avait averti à la mi-mai 14 pays, principalement en Afrique, que des cargos russes transportaient des « céréales ukrainiennes volées ». Antony Blinken a fait référence à cet article du quotidien américain, sans toutefois confirmer directement l’alerte adressée aux pays africains.

De 20 à 25 millions de tonnes bloquées

L’ambassadeur d’Ukraine à Ankara a accusé dès vendredi la Russie de « voler » et d’exporter des céréales ukrainiennes notamment vers la Turquie. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit lundi que 20 à 25 millions de tonnes de céréales étaient actuellement bloquées en Ukraine en raison de la guerre, un volume qui pourrait tripler d’ici à l’automne. « Nous avons besoin de couloirs maritimes et nous en discutons avec la Turquie et le Royaume-Uni » ainsi qu’avec l’ONU, a-t-il affirmé.

 

Le conflit russo-ukrainien oppose depuis le 24 février deux superpuissances céréalières — la Russie et l’Ukraine assurent à elles deux 30 % des exportations mondiales de blé. Il a provoqué une flambée des cours des céréales et des huiles, dont les prix ont dépassé ceux atteints pendant les printemps arabes de 2011 et « les émeutes de la faim » de 2008.

 

À lire aussi : Trou d’air pour les prix des céréales et du colza sur le marché des grains (03/06/2022)