. C’est 61 000 hectares de plus que l’an dernier (+8,6 %) et surtout 114 000 hectares au-dessus de la moyenne quinquennale de 2017 à 2021 (+17,8 %). »

 

 

Évolution des surfaces de tournesol, hors semences, entre 2022 et 2021. (Source : Agreste)
Évolution des surfaces de tournesol, hors semences, entre 2022 et 2021. (Source : Agreste)

Cette évolution traduit la situation du marché de tournesol et ses prix records. « C’est également une culture nécessitant moins d’engrais azotés que le maïs et plus résistante à la sécheresse », ajoute Agreste.

 

Et de fait, c’est dans les départements où les surfaces de maïs reculent, que la sole de tournesol progresse. Et plus particulièrement dans les régions des Pays de la Loire, du Centre-Val-de-Loire et de Bourgogne-Franche-Comté.

160 000 hectares de soja

La sole consacrée au soja est estimée à 160 000 hectares. C’est 6 000 hectares de plus que l’an dernier (+3,9 %). « Les surfaces seraient en hausse en Bourgogne et en Franche-Comté et resteraient stables en Aquitaine et dans le Midi-Pyrénées », estime Agreste.

 

C’est donc le maïs grain qui fait les frais de la progression des surfaces de tournesol et de soja. Il totalise 1,456 million d’hectares (y compris pour les semences) contre 1,547 million d’hectares l’an passé.

 

Évolution des surfaces de maïs grain, hors semences, entre 2022 et 2021. (Source : Agreste)
Évolution des surfaces de maïs grain, hors semences, entre 2022 et 2021. (Source : Agreste)

« Les semis sont un peu plus tardifs qu’en 2021, observe Agreste. Selon Céré’Obs, au 2 mai, 84 % des semis étaient réalisés contre 87 % en 2021. Cette première estimation des surfaces reflète les arbitrages des agriculteurs, dans un contexte d’envolée des prix des engrais et du gaz. »