. Elle recule toutefois de 14 % par rapport aux cinq dernières campagnes d’hiver.

 

Une hausse de la production dans les bassins sud

La production de la campagne de l’hiver 2021-2022 de la laitue est assurée à près de 70 % par le bassin Sud-Est. La hausse sur un an est sensible pour les récoltes mensuelles de laitues entre novembre 2021 et février 2022. Cette hausse concerne les deux principaux bassins de production du Sud-Est (+8 %) et du Sud-Ouest (+5 %), tandis que les récoltes de laitues d’hiver reculent dans les bassins de l’Ouest (–20 %) et du Centre-Ouest (–30 %).

 

Les surfaces de laitue d’hiver pour la campagne de 2021-2022 s’étendent sur 3 812 hectares, soit une baisse de 2 % par rapport à l’hiver 2020, selon Agreste. Sur l’ensemble de la campagne de 2021-2022 (été + hiver), les surfaces de laitues s’élèvent à 7 817 hectares, soit une baisse annuelle de 3 %.

Un redressement des prix sous l’effet de la baisse saisonnière de l’offre

« Après une dégradation marquée à l’automne 2021, sous l’effet d’une demande morose, les cours des laitues se redressent nettement à partir de décembre 2021 », indique Agreste. Sur un an, les prix augmentent entre 31 % en décembre 2021 et 19 % en mars 2022.

 

Jusqu’en février 2022, ils sont cependant restés inférieurs à la moyenne de ces cinq dernières années. Agreste ajoute qu’en mars 2022, à l’approche de la fin de la campagne d’hiver, le prix moyen à la production a dépassé de 19 % le niveau de mars 2021 et de 12 % celui de la moyenne quinquennale.

Le déficit du commerce extérieur se stabilise

Selon Agreste, le déficit du commerce extérieur de la laitue se stabilise. Entre janvier et décembre 2021, les importations (83 271 tonnes) et les exportations (23 094 tonnes) augmentent parallèlement, rendant le déficit des échanges extérieurs stable sur un an fin février.

 

La production totale de laitues (été + hiver) de la campagne de 2021-2022 serait de 485,7 millions de têtes, soit une légère hausse de 1 % par rapport à la production de 2020-2021. Elle recule toutefois de 13 % par rapport à la moyenne de 2016 à 2020, indique Agreste.