Le mercredi 2 mars 2022 au Salon de l’agriculture, le groupe InVivo, acquéreur de Soufflet depuis décembre 2021, a annoncé le lancement d’une activité portant sur la décarbonation : le Carbon Farming (1). « Notre idée est de booster le concept de marque ingrédient qui qualifierait la qualité des sols pour différencier l’approvisionnement », a indiqué Thierry Blandinières, directeur général du groupe.

 

> À lire aussi : L’Union européenne veut promouvoir le « carbon farming » (20/12/2021)

 

Sous l’appellation « Good food, good planet », cette marque se déclinera sur trois axes :

  • « Good beer, good planet », pour le malt produit à base d’orge bas carbone ;
  • « Good bread, good planet », pour la farine produite à base de blé bas carbone ;
  • « Good wine, good planet », pour le vin produit à base de vigne bas carbone.

Projections en volume

Pour InVivo, l’intérêt de cette démarche être triple :

  • Donner une rémunération supplémentaire à un agriculteur qui prend des risques pour changer ses pratiques ;
  • Jouer significativement sur le bilan en carbone des filières de production des industriels de l’agroalimentaire ;
  • Impliquer le consommateur sur les enjeux du climat ;

 

Le groupe s’apprête à répliquer ses modèles pour le colza bas carbone, développés depuis trois ans, sur de nouvelles cultures. Les projections en volume sur deux ans sont de 500 000 tonnes pour l’orge, 2 millions de tonnes (Mt) pour le blé et 500 000 tonnes pour le maïs, sachant que le potentiel de la ferme France est estimé respectivement à 2 Mt, 6Mt et 2Mt.

 

> À lire aussi : Colza et tournesol, Saipol a collecté 80 000 tonnes de graines « bas carbone » (03/03/2021)

(1) Agriculture à empreinte carbone réduite.