Le cours du blé a bondi de plus de 6 %, ce qui arrive rarement sur le marché, alors que les investisseurs réagissent à la multiplication des tensions entre la Russie, l’Ukraine et les Occidentaux.

 

« Une bonne journée pour le blé mais pas pour le reste du monde »

« Avec le conflit entre la Russie et l’Ukraine, il y a les craintes que des cargaisons de blé et de maïs soient retardées ou stoppées », ce qui a fait bondir les cours, a expliqué Dan Cekander, de DC Analysis.

 

L’Ukraine est le septième producteur de blé au monde et le cinquième exportateur, tandis que la Russie occupe la première place au classement des volumes exportés. « Que le boisseau de blé prenne plus de 40 cents en une séance, ce n’est pas courant ! », a ajouté l’analyste alors que le prix de la céréale a retrouvé son plus haut en neuf ans atteint il y a trois mois.

 

« C’est une bonne journée pour le blé mais pas pour le reste du monde », a commenté pour sa part Jack Scoville de Price Futures Group. « Il y a fort à croire que le cours du blé va rester fort » face aux tensions qui persistent autour de l’Ukraine, a-t-il affirmé.

Soja et maïs aussi en hausse

Le maïs était aussi influencé par la crise ukrainienne. « L’Ukraine est un grand exportateur de maïs et on se pose la question de savoir s’il y aura des retards de livraisons », a souligné Dan Cekander.

 

Pour Jack Scoville, le cours du maïs allait aussi continuer d’être soutenu par ceux de l’éthanol et des biocarburants alors que des sanctions occidentales risquent de s’abattre sur les exportations russes de pétrole et de gaz naturel. « La Russie exporte beaucoup de pétrole et on va probablement arrêter d’en utiliser autant : cela va valoriser les biocarburants », a estimé l’analyste de Price Futures Group.

 

Les cours du soja ont suivi la tendance dans une moindre mesure, alors que des pluies favorables aux cultures ont arrosé ce week-end l’Argentine, pays producteur. Nouvelle favorable aux cours également, le ministère américain de l’Agriculture a annoncé la vente de 120 000 tonnes de blé au Nigeria et de 132 000 tonnes de soja à la Chine.

 

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mai 2022 a engrangé 6,03 % à 8,5250 dollars contre 8,0400 dollars vendredi alors que le marché était fermé lundi pour observation d’un jour férié aux États-Unis.

 

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison le même mois a grimpé de 3,02 % à 6,7250 dollars contre 6,5275 dollars à la précédente clôture.

 

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en mai a gagné 1,96 % à 16,3500 dollars contre 16,0350 dollars vendredi.