Les restaurants ont ouvert à nouveau et ils donnent un coup de fouet au marché de la salade d’hiver en décembre. D’autant plus que cette réouverture coïncide avec la traditionnelle stimulation des achats de salade pour les repas familiaux de fin d’année. Ce dynamisme apporte un peu de pétillant sur le marché : les prix de la laitue d’hiver ont grimpé de 31 % en décembre par rapport à l’année précédente. Ceux-ci sont toutefois en baisse de 7 % par rapport à ceux de la moyenne des cinq dernières années.

Un automne plombant pour la salade

La production de laitue d’hiver, réalisée à 70 % dans le bassin Sud-Est (ex-régions Paca, Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon), est en baisse de 3 % sur un an et de 20 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Les températures fraîches de la fin de l’automne ont retardé la maturité de toutes les salades. Au final, la production s’élèverait à 250,4 millions de têtes, selon Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture.

 

Les mois précédents n’ont pas fait preuve d’un grand dynamisme pour le marché des salades. L’automne en particulier s’est caractérisé par des prix bas, plombés par une demande faible malgré une production limitée, voire dégradée par des intempéries. C’était d’ailleurs globalement le cas pendant les premiers mois de commercialisation, à part un sursaut des prix en août, durant lesquels la météo a perturbé la production. Une partie des salades de la région Centre-Val de Loire, arrivées en surmaturité, a même dû être détruite en juin.

Encore un recul de la production

Du côté de la production, les surfaces de laitues d’hiver seraient, au 1er janvier 2022, de 3 713 hectares, soit une baisse de 4 % sur un an. Ce qui porterait à 7 818 hectares les surfaces de toute la campagne de salade (été + hiver). La production totale de laitues (été + hiver) de la campagne de 2021-2022 est estimée par Agreste à 469,1 millions de têtes, soit un recul de 3 % par rapport à la production de 2020-2021 et de 16 % par rapport à la moyenne de 2016 à 2020. Seule la romaine tirerait son épingle du jeu (+17 % en production) mais sur une superficie (178 ha) beaucoup plus petite que la batavia ou la laitue (respectivement 3 415 et 2 175 ha pour la totalité de la campagne). La récolte estivale de 2021, avec 218,7 millions de têtes, confirme avoir été affectée par le gel d’avril 2021 en affichant une baisse de 2 % par rapport à l’année précédente.

 

Le solde de la balance commerciale de la laitue s’améliore : les importations (36 900 tonnes) reculent de 2 % sur un an et les exportations (8 100 tonnes) progressent de 26 % durant la même période.