Les travaux du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique ont pris fin le 1er février 2022. La FNSEA et Jeunes Agriculteurs (JA), d’une part, Irrigants de France, de l’autre, ont rapidement réagi : les trois organisations sont globalement satisfaites des conclusions apportées et soulignent maintenant l’urgence de la situation.

Faire rapidement aboutir les chantiers lancés

Pour Irrigants de France, il est maintenant nécessaire d’avancer rapidement, « notamment pour sécuriser et garantir les volumes d’eau pour les irrigants, dès cet été ».

 

Même son de cloche chez les syndicats majoritaires, qui appellent quant à eux à l’aboutissement, « sous cette mandature, [des] textes de la réforme de la gestion des risques agricoles […] pour une mise en application le 1er janvier 2023 ». « Au-delà de l’adoption définitive du projet de loi, les textes d’application doivent entrer rapidement en discussion », ajoutent-ils.

 

À lire aussi : Changement climatique, après le Varenne, les chambres demandent de la célérité (02/02/2022)

Un cadre européen et des moyens pour les chambres

Les organisations ont toutes trois salué l’enveloppe de soutien de 100 millions d’euros prévue, dans le cadre du plan France 2030, pour soutenir l’innovation, et ainsi accélérer la transition des filières agricoles et alimentaires.

 

Mais pour Irrigants de France, il est en parallèle « indispensable que la France œuvre au niveau européen à un cadre réglementaire permettant l’accès aux nouvelles techniques de sélection pour que nos instituts et nos semenciers puissent en disposer ».

 

À lire aussi : Dossier — L’avis de l’experte, « Les techniques d’édition de gènes sont un complément à la transgenèse » (15/12/2021)

 

Les chambres d’agriculture, sollicitées pour des actions de terrain dans le volet de l’innovation, devront également être dotées de moyens d’accompagnement suffisants, ajoutent la FNSEA et JA.

Les syndicats en attente des applications concrètes

Enfin, la FNSEA et JA ont salué de manière générale l’ensemble des points du volet de la gestion de l’eau. « Mais c’est “sur pièce” que la FNSEA et JA jugeront le résultat de ce troisième thème », préviennent-elles.