L’Apad (1) et Arvalis ont annoncé le 23 mars 2022 avoir signé pour cinq ans une convention de partenariat pour « collaborer sur le système agricole de l’agriculture de conservation des sols » (ACS), lors du Salon de l’agriculture. L’objectif est d’améliorer la maîtrise technique et économique de ce système agricole, en disposant de « résultats reproductibles, extrapolables et diffusables ».

Répondre aux besoins du terrain

« La complémentarité des deux organisations permet d’allier le réseau des agriculteurs de l’Apad (mille adhérents, quinze associations locales réparties en France, une diversité des modes de production) et sa connaissance de l’ACS à l’expertise et aux moyens techniques d’Arvalis », indiquent les cosignataires dans un communiqué commun.

 

> À lire aussi : Agriculture de conservation des sols : 170 exploitations ont été labellisées par l’Apad (10/03/2021)

 

Ainsi, Arvalis mettra à disposition « des méthodologies et des expertises spécifiques, répondant aux besoins des agriculteurs en ACS sur le terrain, que l’Apad aura identifié et hiérarchisé grâce à son réseau et à son expertise ciblée sur l’ACS ».

Définition commune

Pour éviter toute confusion, Apad et Arvalis se sont accordés sur la définition de l’ACS. Ils la reconnaissent comme « un système agricole caractérisé par trois piliers concomitants :

  • l’absence de travail du sol — semis direct —,
  • la couverture permanente des sols,
  • les rotations diversifiées (selon la définition de la FAO). »

(1) Association pour la promotion d’une agriculture durable.