Selon le bulletin Céré’Obs publié par FranceAgriMer, au 7 mars 2022, 13 % des parcelles de blé tendre ont atteint le stade épi 1 cm, et 10 % pour l’orge d’hiver. « C’est à partir de ce moment-là que les besoins en azote deviennent croissants et que l’efficience de l’engrais azoté augmente », indique Arvalis.

 

À lire aussi : Tension extrême dans sur le marché des engrais (10/03/2022)

Dans les starting-blocks pour les apports d’engrais

Pour bien valoriser un apport d’azote, ce qui est d’autant plus important dans le contexte géopolitique actuel, « ce sont les prévisions de pluie qu’il faut guetter plutôt que le stade des céréales, d’autant plus que depuis quelques semaines, les grandes zones de cultures sont peu arrosées », poursuit Arvalis.

 

On se tient donc prêt dès qu’une pluie est annoncée.

Une pluie est annoncée et même confirmée ! Nous sommes tous de sortie pour fertiliser les cultures ! Le blé le colza ainsi que l'orge ont le plus de besoin dans les semaines à venir.
#agriculture #fragtw #puisaye #semences #agridemain pic.twitter.com/EMxiZMi0fu

— VEAULIN brice (@Veaulin1) March 11, 2022

Blé en redressement (l'épi est prêt à monter)
Pluies (peu) annoncées aujourd'hui et les prochains jours
Parti pour appliquer le premier gros apport d'azote et de soufre sur Blé en stratégie sans apport tallage #CeuxQuiVousNourrissent#Fragile pic.twitter.com/nG3G7G2TBQ

— ChristopheB. (@agritof80) March 11, 2022

Ce matin je nourris mes #blé en espérant la #pluie pour une meilleure efficacité ! @Meteo79niort@SergeZaka
Dommage que les blés ne soient pas anorexiques !Ça va me coûter un bras !@PassionCereales @AGPB_Cerealiers @YARA_france @J_Denormandie @BaratonEric #FrAgTw pic.twitter.com/XB8rH62rHi

— François PÉTORIN (@FPetorin) March 9, 2022

Les conditions de cultures restent bonnes pour les céréales d’hiver, rapporte Céré’Obs, avec 92 % du blé tendre jugé en conditions bonnes à très bonnes, 89 % de l’orge d’hiver, et 88 % du blé dur.

 

« Le potentiel de rendement pour les semis d’automne est particulièrement prometteurs, a commenté le 9 mars Catherine Cauchard, cheffe de projet Céré’Obs. Cela s’explique par un certain nombre de raisons. Il n’y a pas, à ce jour, de facteur limitant significatif. La reprise de végétation est en cours et le développement est standard. La pression des ravageurs est faible. Les premiers apports azotés ont été faits. »

Les semis de printemps progressent

FranceAgriMer estime qu’au 7 mars, 76 % de l’orge de printemps était semée, dont 27 % des parcelles étaient levées et 14 % au stade début tallage.

#fenetreouverte sur les semis de printemps 2022
Pois de printemps et orge au programme pour produire protéines et bières par la suite pic.twitter.com/Z3W0ePyWoY

— David MICHEL (@david_michel88) March 8, 2022

Pour éviter les dégâts de pigeons, les pois sont semés plus profondément.

Après les semis d'orge de printemps, au tour des #PoisProtéagineux de printemps, pour participer à l'#AutonomieEnProtéine. Semis assez creux, pour rester dans le frais (ça commence à être sec) et éviter les pigeons... @novagrain @terresoleopro pic.twitter.com/LmLXaorejd

— Alexis Leherle (@AlexisLeherle) March 9, 2022

Les ravageurs du colza s’activent

Les colzas ne sont pas non plus épargnés. Plusieurs bulletins de santé du végétal (BSV) régionaux alertent sur la présence de ravageurs sur colza, notamment des charançons de la tige.

Quand c'est pas les #sangliers, les #insectes... et bien y a les #pigeons !!! Le #colza aime pas trop ça... un bon carré en souffrance !!! Heureusement ils se cantonnent au bord du bois. pic.twitter.com/ekyE6MR7jc

— Cédric B. (@ja45cb) March 10, 2022

Ainsi, en Bourgogne-Franche-Comté par exemple, « les individus sont déjà bien présents dans les parcelles avec des femelles aptes à pondre. La quasi-totalité des colzas se situe dans la période de risque. » Même observation en Lorraine, où « le pic de vol semble atteint ».

 

En Île-de-France, « les captures de méligèthes se généralisent sur l’ensemble du réseau ». Alors on protège les parcelles, « entre deux bourrasques ».

Suite des travaux de printemps
Roulage des semis pour essayer de conserver de la fraicheur et assurer la levée par ce temps et
Et protection des colzas entre 2 bourrasques les ravageurs ont repris de l’activité avec ces températures printanières pic.twitter.com/gze1JRoIfs

— David MICHEL (@david_michel88) March 10, 2022

.