"Malgré une belle floraison au printemps, qui laissait entrevoir une production abondante, les vergers de pommes à cidre de France n’ont pas tenu toutes leurs promesses à l’heure de la récolte 2022", indique l’Union Nationale Interprofessionnelle Cidricole (Unicid) le 26 septembre 2022.

En cause, la sécheresse et la canicule estivales, en effet, celles-ci donnent lieu à une hétérogénéité entre les régions productrices, certaines ayant bénéficié d'épisodes orageux. Les fruits " donnent [quant à eux] des jus riches en arômes et en saveurs, avec une belle teneur en sucre ", prévoit l’interprofession.

Petits calibres

" La charge en fruits est globalement très bonne cette année, mais les calibres peinent à augmenter. Les vergers irrigués ou situés sur des sols profonds s’en sortent mieux ", a commenté Jean-Louis Benassi, directeur de l’Unicid.

Après le mois d’août, l’interprofession a constaté " des disparités importantes selon les vergers ". Ainsi, les volumes produits en 2022 sont attendus similaires à ceux des années précédentes, mais hétérogènes selon les régions.

En vergers basse-tige, qui représentent 90 % de la production française, les récoltes en Bretagne et Pays-de-la-Loire devraient être inférieures à l'année précédente. En Basse et Haute-Normandie et dans le reste des régions, elles sont attendues supérieures.

Récolte précoce

" Certaines variétés chutent prématurément comme Kermerrien, Douce Coët Ligné ou Bisquet, et on peut observer des fruits abîmés par des coups de soleil provoqués pendant les phases de canicule. L’été chaud a favorisé également certains insectes. Dans l’ensemble, les fruits sont en bon état et la récolte est légèrement en avance par rapport à l’accoutumée ", résume l’interprofession.