Le cours du maïs a le plus chuté après avoir déjà baissé la veille à la publication du rapport mensuel sur les estimations d’offre et de demande en produits agricoles du ministère américain de l’Agriculture (Wasde). Celui-ci a montré que d’une façon générale, et particulièrement pour le maïs, les stocks n’étaient pas aussi tendus que c’était espéré.

Un marché qui reste sur sa faim

« Le marché a été déçu notamment par les attentes de la demande pour le maïs et cela n’a pas été compensé par les risques au niveau de la météo en Amérique du Sud, comme c’était le cas le mois d’avant », où un temps trop sec soutenait jusqu’à présent les cours, a indiqué Michael Zuzolo, de Global Commodity Analytics and Consulting.

 

De plus, le chiffre de l’inflation aux États-Unis en janvier, annoncé mercredi, s’est avéré plus mou que prévu à 0,3 % mensuel, tiré surtout par les prix volatils de l’essence. « Ce chiffre montre qu’il y a moins de tension d’inflation qu’escompté et cela a un impact négatif sur les cours de matières premières, dans leur ensemble », a ajouté Michael Zuzolo.

Des courtiers « nerveux »

« Les courtiers qui misent à la hausse sur le marché sont probablement devenus légèrement nerveux après la parution de l’indice CPI », a-t-il encore relevé, précisant que les investisseurs seraient à l’affût du prochain baromètre de l’inflation, l’indice PCE, le 26 février 2021.

 

Le ministère américain de l’Agriculture a rapporté par ailleurs une vente à l’exportation de 132 000 tonnes de maïs vers une destination inconnue, sans toutefois aider le cours.

 

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars a terminé à 6,3550 dollars, contre 6,4950 dollars mardi, reculant de 2,15 %.

 

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars a fini à 5,3450 dollars, contre 5,5625 dollars la veille, en baisse de 3,91 %.

 

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en mars a terminé à 13,5400 dollars, contre 14,0175 dollars à la dernière clôture, perdant 3,40 %.