L’organisme de conjoncture du ministère de l’Agriculture explique cette situation par trois facteurs :

 

 

  • Une commercialisation peu satisfaisante lors de la campagne estivale de 2020-2021, au vu de la perte des débouchés en restauration hors domicile.
  • Un deuxième confinement en novembre qui a entraîné de fortes variations de la demande sur de courtes périodes et a compromis « la fluidité de la commercialisation. ». Pourtant, le début de campagne de la laitue d’hiver a débuté en octobre avec « des ventes fluides et des prix fermes par rapport à la moyenne sur cinq ans et à octobre 2019 ».
  • Une montée de la production du bassin du Sud-Est en décembre qui a déséquilibré le marché face à une consommation insuffisante.

 

Une production en recul

Du côté de l’assolement au 1er janvier 2021, Agreste estime les surfaces de laitues d’hiver pour la campagne de 2020-2021 à 3 822 ha. Elles seraient donc en baisse de 4 % par rapport à l’hiver 2019-2020.

 

Selon Agreste, ma production totale de laitues (été + hiver) de la campagne de 2020-2021 atteindrait « 505,4 millions de têtes, soit un recul de 3 % par rapport à la production de 2019-2020 et de 9 % par rapport à la moyenne quinquennale ».