Dans le cadre de sa conférence de presse annuelle le 20 janvier 2021, l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) a dressé un bilan de l’activité en 2019 et présenté sa feuille de route à l’horizon de 2030.

Une baisse de l’activité phytosanitaire en 2019

Les ventes de substances actives, par les adhérents de l’UIPP en France s’affichent à 52 347 tonnes en 2019, soit en baisse de 23,8 % par rapport à 2018. Cette diminution annuelle s’observe aussi sur la base de données du ministère de l’Agriculture sur les ventes des distributeurs aux agriculteurs.

 

Ceci s’explique largement par la hausse artificielle des volumes vendus en 2018 en anticipation de la mise en place de la redevance pour pollutions diffuses. Ainsi, l’UIPP avait déjà anticipé une baisse en 2019.

 

La faible pression sanitaire due aux conditions climatiques de l’année a également contribué à une réduction des ventes. Cependant, « il est nécessaire de suivre les évolutions sur un temps long et de vérifier si la tendance se confirme », souligne Eugenia Pommaret, directrice générale de l’UIPP.

 

À lire aussi :Polémique, décryptage des chiffres de vente des phytos (09/01/2020)

Les autres activités limitent la baisse du chiffre d’affaires

À l’inverse, la part des produits de biocontrôle croît avec plus de 20 000 tonnes de substances actives vendues en 2019, d’après la base de données du ministère de l’Agriculture. Cela représente 36 % des substances actives vendues, contre 13,7 % en 2010.

 

Le chiffre d’affaires du secteur en 2019 est en baisse de 5,5 % par rapport à 2018, pour 1,87 milliard d’euros. Cette baisse est moins importante que celles des tonnages du fait de la part croissance des autres domaines d’activité. Eugénia Pommaret rappelle l’importance de la recherche dans la stratégie de la structure (10 % du chiffre d’affaires réinvestis en 2019).