La production mondiale de maïs est révisée à la baisse de près de 10 millions de tonnes (Mt), à 1,13 milliard de tonnes, du fait notamment d’une très forte correction à la baisse de la production des États-Unis à 360,2 Mt (–8,3 Mt), en raison de la diminution des rendements et des surfaces finalement récoltées. C’est ce qu’indique le ministère américain de l’Agriculture (USDA) dans son rapport mensuel (Wasde) sorti le 12 janvier 2021.

 

« C’est un nouveau rapport où les perspectives de stocks baissent en maïs aux États-Unis », partiellement compensées par des baisses de la consommation intérieure et des exportations, a commenté Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel.

 

De ce fait, l’augmentation des importations de maïs chinoises (+1 Mt) a, selon M. Le Molgat, un caractère « très haussier pour le marché américain ».

 

La révision à la baisse des productions argentine, touchée par le stress hydrique, et brésilienne, contribue également à la contraction des stocks mondiaux à 283,8 Mt (–5,1 Mt).

La Chine continue à stocker du blé

© GFA

</

S’agissant du blé, les stocks sont également en retrait par rapport aux projections de décembre 2020, mais avec un écart moindre que pour le maïs (–3,3 Mt, à 313,2 Mt), du fait d’une petite réduction de la production mondiale, imputable notamment à l’Argentine et à la Chine.

 

À l’inverse, la production russe est révisée à la hausse et atteindrait le niveau record de 85,3 Mt (+1,3 Mt), mais les stocks de cet exportateur majeur sont revus à la hausse, de 1,8 Mt (12,5 Mt), compte tenu des restrictions à l’exportation mises en place par Moscou afin de contenir l’inflation galopante sur le marché intérieur.

 

Le rapport révise légèrement le stock de fin de campagne pour la Chine, mais la tendance lourde reste la même : « Les Chinois continuent à stocker », a souligné Gautier Le Molgat, rappelant que les stocks chinois étaient en 2018 de 138 Mt contre près de 159 Mt, selon cette nouvelle projection.

 

« En Europe, on augmente nos perspectives d’exportation pour compenser un peu les Russes, qui malgré leur augmentation de production, augmentent leurs stocks », a synthétisé Gautier Le Molgat.

Les stocks américains de soja fondent

 

© GFA

</

Enfin, le soja a vu ses disponibilités se tendre de manière spectaculaire ces derniers mois, notamment aux États-Unis, où, du fait de la demande chinoise, « les stocks américains fondent », passant de 14 Mt au début de la campagne à 3,8 Mt, selon les dernières projections de la fin de la campagne, a conclu Gautier Le Molgat.