montrent que sur les 43 cancers étudiés, six affectent davantage le monde agricole, dont au moins trois de manière nouvelle : les cancers de la prostate, du sang (lymphomes) et des lèvres.

 

 

L’étude suggère un lien entre certains de ces cancers et l’exposition à des pesticides (en particulier les organophosphorés et les carbamates). Mais si la relation causale est prouvée dans certains cas, l’hypothèse demeure quant au type de molécules concernées, souligne l’équipe de recherche menée par Pierre Lebailly, maître de conférences en santé publique à l’université de Caen Normandie. (23/10/2020)

 

> À lire aussi > Victoire définitive de Paul François contre Monsanto (23/10/2020)

Repérer le risque chimique

« Face à une molécule dangereuse, un utilisateur maîtrise son risque s’il maîtrise son exposition », souligne le docteur Gérard Bernadac en charge du risque chimique à la Caisse centrale de la MSA (engagée dans le projet Agrican depuis 2005).

 

De nouvelles fiches d’aide au repérage du risque chimique, éditée par la MSA, paraîtront d’ici à la fin de l’année : « Elles seront une aide à la décision pour l’agriculteur afin de lui permettre de substituer les produits les plus dangereux », explique le docteur Patrice Heurtaut, directeur de la santé sécurité au travail de la MSA.

 

Depuis trois ans, plus de deux mille entreprises agricoles (des exploitations en majorité) ont été accompagnées à l’évaluation du risque chimique. Et près de cinq mille y ont été sensibilisées.

 

> À lire aussi > Phyto : Le président de la MSA tacle Ségolène Royal (07/10/2019)