Lors de la campagne de 2019-2020, 11,1 millions de tonnes (Mt) d’engrais et amendements minéraux basiques ont été livrées, soit en baisse de 0,4 % par rapport à la campagne précédente.

 

« La campagne de 2019-2010 s’inscrit dans une relative stabilité par rapport à la campagne de 2018-2019, avec un total de 8,8 Mt d’engrais livrées, soit –0,4 % par rapport à la campagne précédente et –1,2 % par rapport à la moyenne des trois dernières campagnes », indique l’Unifa (Union des industries de la fertilisation).

Forte progression des livraisons d’ammonitrates

Les livraisons d’engrais contenant du phosphore et/ou du potassium sont en retrait comparé à la campagne de 2018-2019, alors que les apports en azote sont stables. L

 

Les différentes formes d’azote n’évoluent pas non plus de la même manière : les livraisons d’ammonitrates ont progressé en 2019-2020, s’élevant à 44 % sur le total azote, tandis que les formes solution azotée et urée ont reculé. Ces dernières représentent néanmoins toujours la majorité des apports azotés.

 

Avec 2,3 Mt livrées, les amendements minéraux basiques restent stables par rapport à la campagne de 2018-2019 mais demeurent en retrait de 1 % par rapport à la moyenne des trois dernières campagnes.

Une filière mobilisée durant la crise

Au début du confinement en mars dernier, l’Unifa estimait qu’un tiers des apports en fertilisants, notamment minéraux, devait encore être produit et distribué aux agriculteurs pour terminer la campagne en cours.

 

Le secteur se félicite de son adaptabilité et son efficacité pendant la crise : « Malgré quelques difficultés d’approvisionnement et de livraison liées aux contraintes sanitaires imposées aux transporteurs, l’ensemble du secteur est resté collectivement mobilisé et nous sommes très fiers d’avoir participé à éviter qu’à la crise sanitaire s’ajoute une crise alimentaire », indique Renaud Bernardi, président de l’Unifa.

 

Une filière capable d’apporter « des solutions viables »

La filière entend être force de proposition dans les enjeux français et européens, notamment dans le cadre du green deal et de ses stratégies Farm to Fork et biodiversité.

 

« Nous avons démontré avec le règlement européen des matières fertilisantes, qui entrera en application en juillet 2022, toute la performance de la fertilisation française et sa capacité à apporter des solutions viables et à innover. Nous continuons sur cette même ligne face aux nouveaux défis qui attendent la profession de la nutrition des plantes », conclut Florence Nys, déléguée générale de l’Unifa.