Le maïs, dont le cours a terminé en hausse de 1,30 %, est soutenu « par une grande anticipation » d’achats de la part de la Chine « qui ne se sont pas matérialisés jusqu’ici », a estimé Dewey Strickler, d’AG Watch Market Advisors.

Les yeux tournés vers la Chine

« L’idée est qu’avec la croissance de ses élevages de porcs, la Chine va importer davantage de maïs mais si les achats ne sont pas aussi volumineux qu’on l’espère, cela risque d’être une sérieuse déception », a ajouté l’expert.

 

Une commande de 140 000 tonnes de maïs vers une destination inconnue, annoncée par le ministère de l’Agriculture américain, a aussi aidé les prix mercredi ainsi que la poursuite de conditions météo sèches dans les régions productrices de l’Amérique du Sud.

Le soja « survendu »

Clôturant en hausse de 0,51 %, le soja a aussi bénéficié du manque de pluie en Argentine et au Brésil. Mais aux yeux de Dewey Strickler, le soja, qui en début de séance semblait s’acheminer vers les 12 dollars le boisseau avant de reculer, « est survendu actuellement ».

 

L’investisseur a noté cette semaine que les livraisons de soja à l’exportation vers la Chine « avaient ralenti pour la première fois pendant la campagne actuelle ». Cela pourrait signaler que « la Chine réoriente peut-être sa demande vers le Brésil », a indiqué Dewey Strickler.

 

Le blé a suivi la hausse des autres céréales (+0,42 %), alors que les courtiers attendaient un ordre d’achat de 400 000 tonnes de la part du Pakistan.

 

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en décembre, le plus actif, a terminé à 5,9775 dollars, contre 5,9525 dollars mardi, en hausse de 0,42 %.

 

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a fini à 4,2575 dollars, contre 4,2025 dollars mardi, gagnant 1,30 %.

 

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier, le plus échangé, a conclu à 11,7575 dollars, contre 11,6975 dollars mardi, montant de 0,51 %.