.

 

 

Selon les estimations du 1er octobre, les surfaces cultivées reculent de 8% sur un an pour atteindre les 734 ha. Les récoltes s’élèveraient à 28,5 millions de têtes, soit en baisse de 16 % sur un an et de 33 % par rapport à la moyenne quiquennale.

Les prix restent stables

Malgré les difficultés de commercialisation rencontrées cette saison, les prix « affichent une relative fermeté », explique Agreste. Le déficit des récoltes a permis un bon équilibre du marché et une stagnation des cours tout au long de l’été.

 

Les prix à la production de la chicorée entre mai et septembre restent stable par rapport aux saisons précédentes. © Agreste - Insee
Les prix à la production de la chicorée entre mai et septembre restent stable par rapport aux saisons précédentes. © Agreste - Insee

 

Concernant les échanges extérieurs, importations comme exportations sont en net repli. De mai à août 2020, les achats atteignent les 3 100 tonnes et sont en baisse de 18 % sur un an. Les ventes à l'exportation sont en recul de 25 % sur un an, et atteignent les 2000 tonnes.