« Nous sommes très heureux du lancement, le label a reçu le soutien de plus de 40 personnalités politiques et médiatiques, souligne Sophie Gardette, directrice de l’Association pour la promotion d’une agriculture durable (Apad). Nous sommes rassurés sur le fait que la démarche n’intéresse pas que les agriculteurs ». Issue d’un groupe d’agriculteurs de l’Apad Centre Atlantique, la démarche est notamment soutenue par le ministère de l’Agriculture, de manière institutionnelle et financière, mais aussi par l’initiative 4 pour 1000.

 

> À lire aussi : ACS : L’agriculture de conservation se dote d’un label (31/01/2020)

RSE et crédits carbone

« Nous sommes au début de l’histoire, avec une première phase réussie mais encore beaucoup de travail », affirme François Mandin, président de l’association. Sa structure nationale est en train de consolider des partenariats pour apporter une rémunération aux agriculteurs : c’est là l’un des objectifs de l’Apad.

 

« Le label a été lancé pour permettre la reconnaissance de l’ACS et donner lieu à des paiements environnementaux », confirme Sophie Gardette. « Au cœur des sols » peut notamment séduire les entreprises et les collectivités territoriales qui développent une politique RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) ou qui sont engagés dans une démarche de compensation carbone.

 

> À lire aussi : C’est son avis : « Nestlé s’intéresse à l’agriculture de conservation » (28/06/2018)

 

La certification, valable cinq ans via un audit intermédiaire, est à la charge de l’agriculteur (950 € à 1000 € selon la formule de paiement choisie). « Nous espérons trouver une valorisation pour que l’investissement soit très vite rentabilisé », déclare François Mandin.