Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, indique qu’à l’approche de la fin de la saison de 2020 pour la fraise française, les cours restent fermes. En mai 2020 « grâce à une offre sur le déclin saisonnier » et à une demande stimulée par le temps estival, les prix des fraises française ont dépassé de 26 % leur moyenne quinquennale et de 28 % ceux de mai 2019.

 

Un début difficile

Pourtant, en début de campagne le marché a connu des difficultés ; il a été perturbé par la forte concurrence de la fraise espagnole en février 2020, mais aussi par le confinement qui a entraîné une baisse de la demande. Les prix des fraises ont donc fortement chuté en mars 2020 et la fraise a été déclarée en crise conjoncturelle le 23 mars dernier : pendant 7 jours pour les gariguettes et 8 jours pour les rondes.

 

© Agreste
© Agreste

Mais la situation s’est améliorée pour la filière grâce sa « capacité de résilience ». Les prix sont repartis à la hausse en avril 2020 grâce notamment à une « météo ensoleillée » mais aussi à « une forte communication auprès des consommateurs et un approvisionnement en majorité français notamment par la grande distribution ».

 

> À lire aussi : Le repli des importations sauve la fraise française (28/05/2020)

Une production en recul de 4 %

La crise sanitaire a également bousculé la production de fraises. Agreste rappelle que « les difficultés de personnel ont perturbé les récoltes en raison du Covid-19, la main-d’œuvre ayant été remplacée par une main-d’œuvre locale, avec toutes les contraintes (turn-over, travail de formation) que cela implique ».

 

> À lire aussi : Le confinement laisse des traces dans la filière des fruits et légumes (04/06/2020)

 

Selon les estimations du 1er juin 2020 pour la campagne en cours, la production de fraises serait de 58 317 tonnes, soit un retrait de 4 % en glissement annuel, mais en progressions de 2 % par rapport à la moyenne de 2015 à 2019.

 

Les superficies nationales en fraise seraient également en léger repli avec 3 303 ha ; –1 % sur un an mais stables par rapport à la moyenne de 2015 à 2019. Agreste note cependant que la saison printanière a été « globalement satisfaisante pour l’ensemble des régions productrices avec un temps ensoleillé et des températures élevées ».

 

> À lire aussi : Fruits et légumes, création d’un observatoire des prix et des volumes (27/04/2020)