Les prix des produits agricoles « sont influencés par les autres marchés, à commencer par les prix du pétrole », a souligné Steve Georgy, de la maison de courtage Allendale. À New York, le baril de WTI pour livraison en juin est passé lundi au-dessus du seuil symbolique des 30 dollars, pour la première fois depuis la mi-mars, et a fini en hausse de 8,1 %.

La météo en soutien

Or, le maïs et le soja sont utilisés pour fabriquer des biocarburants, dont les prix évoluent en fonction de ceux de l’or noir. Les acteurs du marché agricole gardent aussi un œil sur les prévisions météorologiques. Il a beaucoup plu ces derniers jours dans certaines zones de production « et de nouvelles précipitations sont à venir », a remarqué Steve Georgy.

 

Le prix du blé a continué à reculer, à son plus bas depuis octobre 2019. « L’amélioration de la météo à travers le monde et aux États-Unis est la principale raison de ce mouvement de ventes, a commenté Jack Scoville, de Price Futures Group. Mais des informations sur la possibilité que le temps redevienne plus sec en Russie et en Europe pourraient inverser la tendance. »

 

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé lundi à 3,2075 dollars, contre 3,1925 dollars vendredi (+0,47 %).

 

Le boisseau de blé pour livraison en juillet, le plus actif, a fini à 4,9700 dollars, contre 5,0025 dollars à la précédente clôture (–0,65 %).

 

Le boisseau de soja pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé à 8,4500 dollars, contre 8,3850 dollars vendredi (+0,78 %).