Saipol, la filiale du groupe Avril, a lancé le 14 février, OleoZE, un nouveau service d’achat des graines de colza et tournesol valorisant les pratiques culturales de conservation des sols qui permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

 

Le prix de ces graines « durables » bénéficiera d’un « bonus GES » de 20 €/t, récompensant les efforts entrepris par les producteurs pour réduire les GES. Ce bonus variera à la hausse ou à la baisse en fonction des pratiques culturales et de la valorisation des réductions des émissions de GES sur le marché des biocarburants.

Place de marché digitale

Ce nouveau service est accessible sur la place de marché digitale oleomarket.fr lancée officiellement la veille, le 13 février 2020, et sur laquelle il est aussi possible d’acheter des tourteaux riches en protéines (service Feedmarket).

 

Les agriculteurs stockeurs et les organismes collecteurs peuvent commercialiser sur cette place de marché, leurs graines de colza et de tournesol. « En renseignant les itinéraires techniques de l’exploitation, ils peuvent alors estimer le bonus de prix auquel ils sont éligibles, en fonction de l’impact réel de l’exploitation sur le stockage du carbone et la réduction des émissions de gaz à effet de serre », précise Saipol dans un communiqué.

Changement de pratiques culturales

L’ensemble des parcelles de l’agriculteur pour une culture donnée doit être à 100 % « durables » pour entrer dans la démarche OleoZE. Par ailleurs, afin de quantifier les bienfaits des changements culturaux opérés, les producteurs doivent renseigner les pratiques utilisées avant le premier janvier 2008 et sur la campagne précédente.

 

Développer l’offre d’énergies renouvelables

L’objectif pour la filiale d’Avril est in fine de « développer son offre d’énergies renouvelables issues des cultures de colza et de tournesol, telles qu’Oleo100 et des biodiesels garantissant des hautes réductions de GES. »

 

> Lire aussi : Avril lance un carburant avec 100 % de colza français (14/11/2018)

Troisième pilier de rémunération

Le directeur de Saipol, Christophe Beaunoir, précise : « Nous créons un troisième pilier de rémunération des graines oléagineuses. Jusque-là, les agriculteurs produisaient du colza ou du tournesol et étaient rémunérés pour l’huile et les protéines que contiennent les graines. Désormais, ce sont aussi la durabilité et les itinéraires techniques vertueux sur les exploitations agricoles qui sont rémunérés grâce, en aval, à nos ventes d’énergies renouvelables, dont Oleo100 est une illustration. »