Les récoltes de melons pour la campagne de 2022 atteindraient les 301 000 tonnes, soit une progression de 31 % en glissement annuel. C’est du moins ce que révèle Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans une note d’infos rapides publiée le 26 juillet 2022.

Forte hausse de la production dans le Sud-Est

« Les cultures de melon ont bénéficié des températures élevées en mai et juin, favorisant des fruits de gros calibre pour cette culture majoritairement de plein champ », indique Agreste. Ainsi, la production augmenterait dans toutes les régions productrices.

 

Dans le détail, la production serait en hausse de 29 % pour le Centre-Ouest et 17 % pour le Sud-Ouest. Elle progresse encore plus fortement dans le Sud-Est, avec +39 % sur un an.

 

La météo printanière a également conduit à une précocité et une contraction dans le calendrier de récolte. Selon les estimations du ministère, les melons arrivent ainsi à maturité avec deux semaines d’avance et la moitié des volumes produits est obtenue sur un seul mois, entre la mi-juin et la mi-juillet.

Léger repli des surfaces

Selon les estimations, au 1er juillet 2022, la superficie réservée à la culture de melons pour la récolte de 2022 s’élèverait à 13 005 hectares, soit une baisse de 1 % sur un an.

 

En effet, les surfaces progresseraient de 3 % dans le Sud-Est, tandis qu’elles reculeraient de 9 % dans le Centre-Ouest, et notamment dans le Poitou-Charentes, « en lien avec l’arrêt de plusieurs producteurs importants ».

Des prix bas en juin

Le pic de production précoce, associé à des volumes importants, a entraîné un télescopage avec les melons importés. Cette concurrence est « à l’origine d’une baisse des prix et de l’entrée en crise conjoncturelle du melon dès le 20 juin ».

 

« En juillet, le marché se rééquilibre progressivement, grâce à une consommation soutenue par la météo estivale », souligne Agreste.