« Les Hauts-de-France ont pris le train du bio avec du retard par rapport aux autres Régions, reconnaît Benoit Firmin, responsable de la communication chez A Pro Bio, l’association des acteurs du bio dans les Hauts-de-France. Mais aujourd’hui, la production progresse plus vite qu’au plan national ». Entre 2020 et 2021, les surfaces consacrées au bio dans la région sont passées de 52 918 à 59 562 ha, soit une hausse de 12,6 %. Depuis 2016, elles ont plus que doublé pour atteindre désormais 2,8 % de la surface agricole utilisée (SAU) régionale.

 

« 1 457 exploitations sont aujourd’hui des fermes bio, soit 6,2 % des exploitations de la région, constate Fanny Vandewalle, chargée de mission à Bio dans les Hauts-de-France, association régionale au service du bio. La région compte 143 nouvelles fermes bio en 2021, c’est 8,2 % de plus qu’en 2020 ». La part du bio dans les Hauts-de-France reste cependant au-dessous de la moyenne nationale, qui a passé en 2021, le cap des 10 % de la SAU française.

Le soutien des collectivités

« L’aval est aussi dynamique, précise Benoit Firmin. La Région a compté en 2021, 278 nouveaux acteurs, transformateurs, artisans, GMS ou magasins spécialisés, impliqués dans le bio. » Les deux associations invitent cependant à la prudence car 152 acteurs de l’aval se sont aussi désengagés du bio l’an dernier, et la consommation au plan national a reculé depuis la fin du dernier confinement.

 

« La production locale en produits bio est encore loin de couvrir les besoins de la consommation des Hauts-de-France, nous avons donc de la marge, estime le responsable d’A Pro Bio. Mais nous sommes conscients qu’il faut davantage communiquer en faveur du bio. La Région et des collectivités locales s’engagent aussi à soutenir le bio. C’est le cas par exemple, de la communauté d’agglo du Douaisis, de l’arrière-pays boulonnais, des communes comme Le Waast (Pas-de-Calais) où un marché 100 % bio vient de voir le jour, ou encore de plusieurs initiatives en Picardie. »