70 départements ont été placés en vigilance orange canicule par Météo-France ce mardi 19 juillet 2022, à 6 heures. Face à ce pic de chaleur exceptionnel, de nombreux départements connaissent une période d’extrême sécheresse impliquant un risque important de feux d’espaces naturels, et en particulier de champs agricoles.

 

Pour lutter contre ce risque d’incendie, des départements du Nord de la France, notamment l’Aisne, l’Eure, l’Oise et la Somme, ont émis des arrêtés préfectoraux établissant des restrictions relatives aux activités agricoles. Des arrêtés similaires ont été pris le 18 juillet 2022 dans des départements de l’Ouest de la France qui a fait face à une intense canicule.

La préfecture de l’Aisne émet ses recommandations

« Afin de ne pas grever davantage la capacité opérationnelle des sapeurs-pompiers et permettre aux agriculteurs axonais d’effectuer des moissons en toute sécurité, une réunion de concertation s’est tenue en préfecture », indique un communiqué de la préfecture de l’Aisne publié ce mardi.

 

Suite à cette réunion exceptionnelle, l’autorité préfectorale et le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) ont émis plusieurs recommandations.

 

Ainsi, ils invitent les agriculteurs à privilégier les travaux de récoltes le matin et/ou le soir afin « d’éviter les créneaux où les risques d’incendies sont maximums, voire de travailler la nuit si les conditions d’humidité sont favorables ».

 

Ils recommandent ainsi très fortement d’éviter toutes moissons entre 13 et 18 heures ce mardi 19 juillet. Enfin, ils incitent les agriculteurs à disposer de réserves d’eau mobiles et de déchaumeuses à proximité des engins agricoles (citerne mobile, tonne à eau…).

Moissonneuses à l’arrêt dans l’Eure et le Finistère

De jamais vu dans le Finistère, des incendies de moissons se sont déclarés dans le département le lundi 18 juillet 2022, notamment dans les Monts d’Arrée autour du Mont Saint-Michel de Brasparts. La préfecture du Finistère a ainsi pris un arrêté portant interdiction des activités relatives aux récoltes de céréales dans le département. C’est ce qu’indique un communiqué de la Coordination rurale.

 

La sécheresse que connaît le département de l’Eure implique « un risque extrême de feux d’espaces naturels comme les bois, sous-bois ou champs agricoles », indique la préfecture de l’Eure qui a reconduit les mesures prises le 18 juillet.

Le préfet a ainsi interdit les chantiers de récolte ce mardi 19 juillet, entre 14 et 18 h. Par ailleurs, la préfecture rappelle que « le brûlage de déchets verts demeure interdit dans le département ».

 

Cette interdiction du préfet de l’Eure n’est pas sans rappeler la décision prise par la préfecture de l’Oise. En 2019 les incendies avaient ravagé près de 3 000 hectares de terres. Ces incendies avaient conduit la préfecture à une interdiction totale des moissons dans l’ensemble du département de l’Oise.

 

> À lire aussi : Des milliers d’hectares de cultures incendiés (26/07/2019)

Moissons autorisées sous certaines conditions dans la Somme et l’Oise

Face à la sécheresse et aux fortes chaleurs actuelles, les préfectures de l’Oise et de la Somme ont pris de nouvelles mesures afin de lutter contre ce risque incendie.

 

À compter du mardi 19 juillet et jusqu’au mercredi 20 juillet à 8 heures, des arrêtés préfectoraux n’autorisent les travaux agricoles, notamment les moissons, qu’aux personnes disposant d’une tonne à eau et d’une déchaumeuse à proximité des parcelles.

 

Ces arrêtés interdisent également « les activités de broyage et pressage des pailles et chaumes de céréales après récolte entre 14h00 et 20h00 ».

 

« Depuis le 20 juin, près de 252 hectares ont brûlé dans le département de l’Oise. Le risque d’incendie sur place est donc réel et a poussé la préfecture à prendre des mesures pour éviter que la situation ne s’aggrave. En 2019, un agriculteur est malheureusement décédé dans un incendie de moisson », indique la préfecture de l’Oise à La France Agricole.

 

En fonction de l’évolution de la situation météorologique dans ces départements, les préfectures précisent qu’elles sont susceptibles « de modifier ces mesures, pour les aggraver ou les alléger ».

 

> À lire aussi : Un agriculteur décède dans son champ (24/07/2019)