, tomates et salades vertes issues de l’agriculture biologique contenaient plus de résidus de cuivre que celles issues de l’agriculture conventionnelle.

 

Pour de la science sans connivence

Pour le collectif SFEL, « les interventions médiatiques de ces derniers jours montrent très clairement une concertation entre les milieux écologistes, certains parlementaires et certains membres du gouvernement ». Il suggère au gouvernement de se reposer avant tout sur « l’avis des experts scientifiques » pour trancher sur les questions de risques sanitaires pour les consommateurs.

 

(1) Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.