Cette procédure vise à « mettre en lumière toutes les responsabilités : celles des firmes de l’industrie chimique qui ont commercialisé ces produits et celles des services de l’État qui les ont homologués », est-il écrit dans son communiqué de presse.

 

La famille de James-Bernard Murat avait déposé plainte contre X en avril 2015 pour « homicide involontaire » devant le pôle de santé publique du TGI de Paris. Une enquête préliminaire avait été ouverte en juillet 2015.

Classement sans suite en mai

« Le parquet de Paris a prononcé un classement sans suite le 25 mai se retranchant sur une prétendue difficulté à établir un lien entre la maladie et l’utilisation des pesticides », a déclaré l’avocat François Lafforgue, qui représente la famille du viticulteur.

 

« Cette plainte avec constitution de partie civile va permettre qu’un juge d’instruction soit désigné pour enquêter, une première dans une affaire d’exposition aux pesticides », a-t-il ajouté.