«Après 30 000 hectares de lin oléagineux d’hiver et de printemps récoltés en 2021, en France, et une collecte de 60 000 tonnes, nous souhaitons passer en 2022 à 35 000 hectares, en 2023 à 40 000 hectares et en 2024 à 50 000 hectares, car la demande en graines augmente », expliquent les membres de l’Alliance Linoléa, le semencier Semences de France, le groupement d’intérêt économique (GIE) de sélection variétale Linéa et la coopérative de l’Oise Lin 2000. Créée en 2008, cette association propose aux agriculteurs une production sous contrat, avec un prix garanti dans un tunnel, pour atténuer la fluctuation des cours.

De nouveaux débouchés

C’est l’intérêt des graines de lin en alimentation animale pour leur teneur en acides gras de type oméga-3 qui a lancé la culture en France, il y a une vingtaine d’années. Des universitaires avaient démontré que la viande et le lait des animaux nourris avec du lin oléagineux étaient également riches en oméga-3 et permettaient de réduire, chez l’homme, les risques de maladies cardio-vasculaires. « La filière Bleu-Blanc-Cœur, qui avait vu le jour à l’époque, absorbe toujours la grande majorité de la production française, reconnaît Xavier Bonnard, responsable filières chez Semences de France. Mais depuis 2019, la consommation d’huile et de margarine de lin oléagineux est aussi autorisée dans l’Hexagone, et le lin a trouvé des débouchés non alimentaires, notamment en plasturgie. »

Quatre étapes clés

« La première étape clé de la culture est le semis et, en particulier, la date de celui-ci, explique Denis Burlaud, responsable technique de Lin 2000. Le lin d’hiver doit être semé entre le 12 et le 17 septembre dans le Nord, entre le 20 et le 25 septembre dans le Centre et entre le 5 et le 10 octobre dans le Sud. » La maîtrise du désherbage est également très importante. « En plus des solutions existantes, Allié SX vient d’être homologué, ce qui constitue un atout de plus pour bien contrôler les adventices, indique-t-il. Autres points à surveiller de près : la fertilisation et la protection contre les maladies et la verse. Si ces quatre étapes sont bien maîtrisées, la récolte sera facile. »

Les variétés récentes permettent d’obtenir un rendement compris entre 25 et 30 q/ha. « Pour la récolte 2022, le prix des lins oléagineux est fixé entre 500 et 600 €/t selon le type de contrat, précise Denis Burlaud. Un prix qui, avec un rendement de 20 q/ha, permet déjà de dégager une marge correcte. » Blandine Cailliez