Sans surprise, la forte augmentation des surfaces de blé s’est faite en partie au détriment de celles des orges. Celles-ci diminuent dans l’ensemble des régions, avec un total national de 1,73 Mha, en chute de 240 000 ha par rapport à l’an dernier. Ce sont les variétés de printemps qui enregistrent la totalité de cette baisse. Elles ne représentent plus que 532 000 ha, dont 223 000 ha pour la seule région Grand-Est. Après les piètres performances de 2020, les rendements progressent sensiblement sur l’ensemble du territoire et retrouvent un niveau plus proche de la moyenne quinquennale. Le rendement moyen national s’affiche à 66 q/ha (53 q/ha en 2020), dont 69 et 61 q/ha pour les orges d’hiver et celles de printemps. Malgré la baisse des surfaces, la production globale progresse de 1 Mt, à 11,4 Mt.

Au sein de l’UE à 27, les récoltes sont plutôt stables, sauf en Espagne, dont la production chute de 2 Mt, à 8,9 Mt. La production totale de l’UE serait de l’ordre de 52 Mt (55 Mt en 2020). C’est plus du tiers de la production mondiale (146 Mt), qui régresse de 10 % en raison de moindres récoltes en Russie, Turquie et Canada, notamment. Ceci devrait occasionner une baisse de 20 % des stocks mondiaux de fin de campagne.

Sommaire

Chiffres et bilans de l’agriculture : La France des productions végétales et animales en 2021