Alors qu’ils associent leur alimentation au « naturel » et à « la bonne santé », les végans et les végétariens consomment respectivement 39,5 % et 37 % de leurs calories totales sous la forme de produits ultratransformés, contre 33 % pour les omnivores (flexitariens compris), indique une étude menée par des chercheurs français sur la cohorte Nutrinet-Santé. Parue fin juillet dans la revue américaine Journal of nutrition, l’enquête rappelle que la consommation d’aliments ultratransformés, végans ou non, est néfaste pour la santé.