L’association « Alerte aux toxiques » a publié « un rapport volontairement tronqué et dénigrant » ayant « porté préjudice au vignoble bordelais », indique le tribunal de Libourne dans une décision datée du 25 février. Selon La Tribune du même jour, l’association militante et sa porte-parole sont ainsi condamnées à verser 100 000 euros au Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux. Le CIVB avait porté plainte à la suite de la publication, en septembre, de faux résultats d’analyse de 22 bouteilles de vin, en label HVE, dont 19 issus de domaines bordelais. « Alerte aux toxiques » fait appel.