Les consommateurs ne sont pas prêts à payer plus cher pour manger des fruits et des légumes français, observe le PDG de Système U, dans Le Parisien du 13 juin. Afin de réduire l’écart entre les prix hexagonaux et étrangers, il faut accroître la production nationale, estime le distributeur. Il propose notamment la signature, avec les producteurs de fraises, de « contrats de culture », garants du maintien des volumes. Une solution à coupler, selon lui, avec une réduction du coût de la main-d’œuvre.