Depuis le début du confinement, « nous nous sentons investis d’une mission de service public », déclare Michel-Edouard Leclerc dans une interview à Paris Match, le 26 mars. Une mission qui connaît ses limites. Interrogé sur l’évolution des prix, le distributeur note que ces derniers sont stables pour le moment : « Tous les comparateurs l’indiquent. » Mais les prix agricoles seront bientôt plus élevés pour le consommateur, annonce-t-il, « puisque l’Espagne et l’Italie vont moins exporter. » Au moins, « cela sera favorable aux agriculteurs français et à leur rémunération ».