L’agriculteur Maxime Puche a porté plainte contre l’Office français de la biodiversité, indique le Courrier picard du 23 juin. Lassé par les dégâts de sangliers, l’éleveur de Vénérolles, dans l’Aisne, avait recueilli les témoignages de quarante-cinq de ses collègues, avant d’alerter le préfet du département en novembre 2019. Il passe désormais à la vitesse supérieure et demande à la justice d’examiner l’affaire. En une nuit, les sangliers ont labouré 1,6 ha de maïs qu’il venait de semer.