L’afflux dans les boulangeries a fortement diminué avec le confinement. Interrogé le 28 mars par le quotidien L’Ardennais, le boulanger de Prix-lès-Mézières, Pascal Roger, constate 50 % d’activité en moins et une demande qui évolue : « Nous vendons plus de gros pains. Nous allons d’ailleurs ressortir la miche, le pain d’un kilogramme comme dans le temps. » Le snacking est, en revanche, en berne, avec 30 sandwichs vendus par jour au lieu de 200. Mais les clients discutent davantage. Au fond, « la période nous recentre sur l’essentiel, l’humain ».