C’est le constat fait par le P.-D.G. de Danone, Emmanuel Faber, dans Les Échos du 23 décembre, qui revient sur ces dix dernières années qui ont changé la consommation. « Un jour, l’industrie s’est réveillée avec la gueule de bois face à un consommateur qui retournait les produits et multipliait les questions », résume-t-il.

Mais les matins sombres de l’agroalimentaire ne signent pas sa fin, selon lui. À condition de profondes mutations : pour Danone, c’est le virage végétal qui a été pris. « L’idée n’est pas d’éteindre un modèle mais que les deux coexistent », assure Emmanuel Faber.