Dix détenus pourraient terminer d’effectuer leur peine de prison dans une exploitation. C’est l’idée de l’association Sources d’envol, qui entend les réinserer par l’élevage et le maraîchage. Située à Saint-Gildas-des-Bois, en Loire-Atlantique, une ferme de 40 ha, achetée par Habitat 44 et le département, les accueillerait dès mai, indique Ouest-France du 21 février. Mais les habitants de la commune s’y opposent en raison du manque de sécurité. En régime de placement extérieur, les prisonniers ne seraient encadrés que par « des professionnels de l’agriculture biologique ».