Le confinement a modifié nos habitudes de consommation alimentaire. En amont, les producteurs ont dû s’adapter à la fermeture des restaurants et marchés locaux, en innovant notamment dans la vente directe ou le « drive ». À l’autre bout de la chaîne, les consommateurs ont prisé les circuits courts, qui jusqu’alors ne représentaient que 15 % de l’approvisionnement. Cette situation perdurera-t-elle ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !