Guy Hermouet Président d’Interbev Bovins

Je souhaite répondre aux propos tenus par M. Michel Hamel lors de l’assemblée générale de la Filière qualité race normande et relayés dans vos colonnes (FA du 21 juillet, p. 23). M. Hamel explique que « toute la lumière est mise sur les races à viande par l’interprofession bétail et viande » alors qu’« Interbev est financé à 50 % par les races mixtes ». Je me dois de rétablir la juste information. Avant toute chose, les races mixtes représentent 13 % de l’abattage de gros bovins en France (données d’abattage 2016 – source Normabev), elles sont donc loin de représenter 50 % du financement d’Interbev, mais là n’est pas le cœur de mon propos. Depuis sa création, Interbev Bovins s’attache à travailler sur toutes les viandes bovines : mixtes, laitières et allaitantes. La très grande majorité des actions et des budgets sont élaborés au bénéfice de toutes les viandes bovines : les comités régionaux, les actions de promotion à l’export, les études R&D (environnement, qualité des viandes, protection animale, etc.), la veille et les études économiques, les salons, les actions sur le marché de la RHD, etc. En ce qui concerne plus spécifiquement la promotion de la viande bovine, je dois dire que je suis frappé par la méconnaissance des actions interprofessionnelles : en 2016, 80 % du budget de promotion était alloué à la campagne dite « générique » qui concernait tous les types de viande. La campagne spécifique « Race à viande » ne représentait alors que 20 % du budget alloué à la communication sur la viande bovine.

Si nous ajoutons à cela les actions de communication menées par Interbev et qui concernent toutes les espèces (bovins, veaux, ovins, caprins et équins), alors la part du budget alloué au troupeau allaitant est encore plus faible. Enfin, les autres actions de communication telles que « Made in Viande », « La Viande, une idée par jour », la présence sur les réseaux sociaux, la mise en avant des produits tripiers, etc., valorisent la viande de toutes les races.

J’invite par ailleurs les éleveurs à se rendre sur les sites internet de l’interprofession (www.interbev.fr/www.la-viande.fr) pour constater notre travail et nos actions menées.