Le Crédit agricole a profité du Salon de l’agriculture pour présenter les résultats de son baromètre 2016 sur les jeunes agriculteurs, une enquête menée tous les deux ans, auprès d’un échantillon de 800 personnes. La majorité des nouveaux installés sont spécialisés en élevage (66 %) et ont opté pour une forme sociétaire (77 % en 2016 contre 65 % en 2014-2015).

2016 est marquée par une recrudescence des « intégrations » (associations) au détriment des « reprises » d’exploitation. Les deux sont désormais quasi à égalité (43 % pour les premiers, 44 % pour les seconds), un phénomène qui pourrait être lié selon Jean-Christophe Roubin, à la reconnaissance, avec la dernière Pac, du principe de transparence pour les Gaec.

Chiffre d’affaires en hausse

Les créations d’exploitation restent minoritaires (13 %). Les montants des chiffres d’affaires des exploitations sont plus importants avec une majorité d’exploitations de plus de 200 000 € de chiffre d’affaires. La part des exploitations à moins de 100 000 € de chiffre d’affaires a diminué. Le montant estimé de l’installation est en revanche en baisse avec en moyenne 179 000 € investis en 2016 au moment (contre 185 000 € en 2014).

71 % des nouveaux installés ont par ailleurs déjà exercé une activité professionnelle et pour un tiers des cas, cette activité est sans lien avec l’agriculture. 28 % ont une activité de diversification. « Nous ne sommes plus dans une agriculture d’héritage mais d’innovation, a commenté Jean-Christophe Roubin. C’est un signe positif. » La vente directe s’est aussi développée et rassemble 18 % des nouveaux installés.