Dans la Saône-et-Loire, un département où le porc a quasiment disparu, la famille Bigot s’accroche à cette production, mise en place en 1956. Les obstacles n’ont pourtant pas manqué. Le projet de construction d’un bâtiment d’engraissement de 1 200 places, bien qu’à 1 000 mètres du village de Saint-Gervais-en-Vallière, a suscité une opposition virulente en 2004.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !