Dans l’Aude, la densité des élevages de volailles est faible et le mode de conduite extensif. Pour voir comment adapter les règles de biosécurité à ce type de situation, des éleveurs ont organisé une réunion chez David Ferrasse avec les services vétérinaires, le GDS et la chambre d’agriculture.

David a ainsi pu raisonner ses investissements. Il a créé une aire stabilisée à l’entrée de chacune des deux parties du site, où il peut stationner avec son camion. Il va également installer un sas pour se changer et désinfecter ses bottes. « J’ai réussi à me mettre aux normes pour 4 500 €, au lieu de 15 000 € », note-t-il. Les silos d’aliments sont placés le long de la clôture. Le camion de livraison peut ainsi décharger depuis la route sans rentrer dans l’élevage.

David doit respecter un plan de nettoyage et de désinfection, comme faire un vide sanitaire dans les parcs, deux éléments qu’il mettait déjà en pratique.