La consommation de volailles reste dynamique, mais elle est moins diversifiée : elle progresse en poulet mais recule en dinde, canard et pintade. Alors que les volumes globaux augmentent, les achats des ménages diminuent, suggérant une part plus importante de la restauration hors domicile. Or, cette dernière s’approvisionne en majorité hors des frontières. Résultat, 44 % des poulets mangés en France sont achetés à...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !