Le nouveau terminal SmartTouch figure dans la base de données de l’AEF avec la fonction­ TECU. Nous avons travaillé sans difficulté avec les fonctions UT, TC-BAS, TC-SC et TC-Geo mais sans la fonction AUX, absente.

Le terminal

Avec son terminal SmartTouch, Valtra propose une solution simple et claire. Même les chauffeurs inexpérimentés ou réfractaires à l’électronique peuvent s’en sortir rapidement. Pour le pilotage des fonctions de l’outil, certains affichages sont similaires à ceux de son cousin Fendt. Le terminal de 9 pouces peut être divisé en quatre parties de taille similaire. Il est possible d’afficher le guidage et le pilotage de l’outil sur le même écran mais c’est un peu compliqué pour les engins complexes comme le pulvérisateur car les commandes de la machine ne sont pas accessibles en mode « petit écran ». Néanmoins, il suffit de double-cliquer sur le terminal pour afficher la fenêtre en plein écran. Notre Valtra était équipé d’un second écran de la même taille. Il a fonctionné avec tous les outils, sauf l’épandeur d’engrais, sans comprendre pourquoi.

Les commandes

Le joystick du Valtra n’était malheureusement pas encore compatible AUX au moment de l’essai. Selon le constructeur finlandais, les trois boutons M du joystick ainsi que toutes les commandes des fonctions hydrauliques sont compatibles AUX depuis le début de l’année 2020. Pour travailler avec un seul écran, le montage d’un joystick AUX est quasiment indispensable. Sinon, il faut toujours basculer entre les fenêtres pour piloter les outils à partir du terminal.

La gestion des sections

Le Valtra peut gérer jusqu’à 36 sections. Pour notre pulvérisateur à 54 buses, le système a donc regroupé ces dernières en 32 sections. L’affichage de la rampe sur le mode Carte est clair et similaire à celui du Fendt. Pour activer le contrôle des sections, il suffit de le sélectionner sur la carte, ce qui est simple et très intuitif. Les sections individuelles de la rampe sont marquées en vert lorsqu’elles sont ouvertes. Nous avons apprécié la présentation des cartes de préconisation. Les zones déjà traitées sont recouvertes d’un ton blanc transparent. Il manque toutefois une indication sur les doses cible et réelle.

La transmission des données s’effectue uniquement au format IsoXML. Pour importer et exporter ces données, il suffit d’appuyer sur l’icône du dossier placée sur la page d’accueil du terminal puis de sélectionner les fichiers à importer. Il est important que le dossier s’appelle Taskdata et qu’il soit compressé. Les cartes enregistrées sont sélectionnées via le gestionnaire de tâches.

L’affichage de la carte de préconisation est facile à comprendre. Les couleurs indiquent les doses épandues. Les tronçons ouverts sont en vert. © Top Agrar