Emilie, éleveuse ovine dans l’Indre-et-Loire, confie : « On est très encadré lors d’une installation. Mais une fois que c’est fait, on est tout seul. » Un suivi minimum est néanmoins obligatoire pour les jeunes qui ont touché des aides.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !