«La corvée est devenue un travail plus acceptable », résume Fabien Guillerm, depuis la mise en route du pont de vaccination il y a deux ans. Fabien, 33 ans, est salarié (en cours d’installation) au sein de l’exploitation de sa mère, Marie-Claire, un élevage naisseur engraisseur de 350 truies à Plougar (Finistère). Grâce au pont installé dans le couloir, les porcelets­ montent seuls sur la caisse...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !