Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Trois prototypes pour aider à la conception

réservé aux abonnés

 - -->
Le prototype « coûts raisonnés » pour vaches laitières est constitué d’un bâtiment simplifié en structure légère. © M.-F. Malterre

L’Institut de l’élevage a confectionné des maquettes 3D virtuelles de bâtiments d’élevage pour guider les éleveurs dans leur projet.

« Les prototypes élaborés pour les filières animales (porcs, volailles, chevaux et ruminants) par le collectif du RMT (réseau mixte technologique) « bâtiments d’élevage de demain » sont des assemblages cohérents de propositions techniques complémentaires, indique Jean-Luc Ménard, de l’Institut de l’élevage. Ils constituent des outils de dialogue voués à évoluer. Ces exemples ne sont surtout pas des modèles, ni des références. » Ce sont des outils pour explorer et visualiser les possibilités techniques disponibles lors de la réflexion d’un projet de construction.

En ruminants, trois prototypes seront diffusés prochainement (1) et répondront à une des trois thématiques retenues par les experts du RMT « bâtiments d’élevage de demain » : coûts raisonnés, environnement, élevage de précision. Les deux premières porteront sur deux stabulations pour vaches laitières­, tandis que la troisième concernera les caprins.

Animation virtuelleautonome­

« Chaque exemple s’accompagnera d’une fiche de synthèse, d’une description précise et illustrée de la conception et de l’utilisation du bâtiment, et d’une animation virtuelle autonome », décrit Jean-Luc Ménard, précisant que chacun reste en cohérence avec les enjeux pour les bâtiments d’élevage dans les filières.

En vaches laitières, les systèmes « grands troupeaux », déjà étudiés au sein du Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel), ont servi de base aux réflexions. Ainsi, le prototype « coûts raisonnés » est conduit­ par 3 UMO et loge 180 VL produisant 6 500 l. « Maximiser le pâturage » arrive en tête des objectifs. « Cela s’explique par le fait qu’il conditionne­ l’option de position du bloc de traite, avec un seul accès au pâturage et une conduite en deux lots », déclare Jean-Luc Ménard.

La sécurisation de la santé des animaux fait aussi partie des principaux buts. Cela se traduit, par exemple, par la différenciation des bâtiments et des annexes, selon leur usage et leur destination. Moins les bêtes ont de risques de tomber malades, moins l’éleveur perd de temps à les soigner. La réduction des coûts de production, d’investissement et des consommations d’énergie relève des ambitions de ce prototype.

Une des réponses techniques à ces conditions est le choix d’un bâtiment simplifié. Doté d’une structure légère, il intègre des logettes creuses et des aires d’exercice non couvertes, ainsi que des couloirs de distribution réduits, équipés de tapis d’alimentation.

De nombreux points doivent être virtuellement explorés avant la visite d’un bâtiment existant.

(1) Les prototypes seront disponibles sur le site du RMT (http://www.rmt-batiments.org) à partir du 26 mai 2020.

Les autres projets

Le prototype de bâtiment caprin « précision » privilégie l’automatisation et l’utilisation des nouvelles technologies pour la simplification du travail et le suivi quotidien des animaux et des constructions. Le bâtiment, logeant quatre lots de 150 chèvres, est doté d’un bloc de traite central équipé d’un roto. Il comprend une cuisine pour le mélange automatisé des rations.

Une autre version de « précision » est prévue en vaches laitières. Un projet de bâtiment d’engraissement pour bovins viande devrait également voir le jour.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !