Surveillance à distance du troupeau et des installations, protection contre les intrusions de voleurs ou d’antispécistes : les raisons de s’équiper de caméras sont nombreuses. S’il est simple de trouver un modèle à bas prix sur les sites internet spécialisés dans les équipements électroniques, ces outils sont rarement conçus pour supporter les conditions d’un élevage. Poussière, humidité et acidité ont raison rapidement des caméras bon marché. Qu’il s’agisse de modèles fixes contre les intrusions ou la surveillance des robots de traite ou de dispositifs mobiles plus perfectionnés, les techniciens des chambres d’agriculture recommandent d’opter systématiquement pour des équipements de vidéo dédiés à l’élevage.

Dôme ou tourelle

Afin de garder un œil sur le troupeau et le bâtiment, deux solutions s’affrontent : le dôme et la tourelle. Les dômes sont les solutions les plus simples. Ils proposent une vision de nuit en infrarouge et une image en noir et blanc. En configuration agricole, c’est-à-dire protégés contre la poussière et l’humidité, ils coûtent entre 1 500 et 2 000 euros. Ce système est rarement réparable.

Plus haut de gamme, la tourelle à 360° offre une image couleur et embarque un éclairage asservi pour la vision de nuit. En option, elle peut être montée sur un chariot motorisé capable de couvrir l’intégralité de la stabulation. Les tourelles sont réparables et évolutives. Selon les fournisseurs, la définition de l’image est telle qu’il est possible de lire une boucle à 30 mètres. Le coût moyen d’un équipement s’élève à 4 000 euros.

Adapter les vieux appareils

Si vous êtes équipés d’une caméra analogique, par exemple contre les intrusions, vous pouvez la conserver et l’adapter pour récupérer les images sur votre smartphone. Il suffit d’ajouter un serveur vidéo de façon à numériser le signal analogique des caméras et le renvoyer vers les supports tels que le téléphone ou le PC de l’exploitation. Une telle adaptation coûte environ 1 500 euros.

Quel que soit le type de caméra, le choix de la connexion aura également un impact sur la qualité de l’image transmise. Du simple transfert par câble au pont Wifi en passant par le courant porteur, les prix peuvent varier du simple au triple, tout comme les distances couvertes.

Corinne Le Gall

Les caméras tourelles, montées sur rail et pilotées à distance, offrent une vue à 360° sur l’intégralité de la stabulation. © Camerail